Accueil Remonter Sommaire Liens Contact Personnel
La Haine de la Raison
Avant 1981 La Haine de la Raison Regards sur Marrakech Banlieues du Désert L'Or des Cathédrales Horizons Nord-Sud Bleu Jaune Rouge etc N.I.L.O. Racines carrées Sala Barna White Spirit 2000 etc AIX Nihilo Emotions colorées Euclide Funambule Devoirs de vacances Suite toscane


Accueil
Presse
Livre d'Or
Galerie Virtuelle
Expositions
Actu - Divers
Site affilié à ArtPrice
Leader de l'information
sur le marché de l'Art

artprice

Site accessible depuis
Google
Yahoo
Altavista
AoL
All the Web
Kartoo
Lycos
MSN
Netscape

Ce site est optimisé pour un affichage 1024x768

Galerie Jean Vilar à Tours, octobre 1981

Hommage à Bobby Sands
(HAST 162x65)

"La couleur, ce pourrait être un sourire, c'est comme une larme dans les yeux.
L'exil devient un combat, une tâche sur la toile, l'intransigeante raison ne se lasse pas de la mort des Bobby Sands, pas plus que de celle des décapités du Salvador. Une diagonale sans retour.
La couleur est une arme, Guernica revient en Espagne, mais Guernica est toujours présent.
Il y a la vie, les rires, les pleurs et la mort, la couleur vibre de tous les séismes.
L'important, dans une toile, c'est la frontière irisée entre deux plages colorées, cet incertain qui donne vie à l'inertie, en une étrange et étroite communion du chaud et du froid, du rouge et du bleu.
La peinture, c'est l'espoir face à l'oppression, c'est la lame du couteau, l'arme pour recouvrer la liberté ravie, c'est la mort de mon chien, le sourire de ma fille, c'est au-delà du rêve que notre cauchemar commence.
Je hais cette raison qui casse l'amour, ce temps perdu en d'inutiles sanglots quand il est déjà trop tard pour sourire. Je peins pour ne pas risquer d'oublier, par lassitude, ou négligence, ou désinvolture, qu'on a tenté d'assassiner le Chili voilà sept ans. Mais le Chili vit toujours même si certains morceaux de la cordillère se trouvent en Europe, en France, à Tours.
A certains moments j'aimerais croire en Dieu pour pouvoir le haïr.
J'aime les chiens, les enfants, les couleurs qui hurlent de douleur sans honte, qui savent aimer jusqu'au plus profond de l'amour, sans pudeur, et qui sont les seuls garants de l'indivisible Liberté.
Je n'accepterai pas de compromis, au risque de déplaire.
Demain peut-être aurai-je des certitudes. Aujourd'hui il n'y a rien, que cette "Cassure dans le certain".

Exposition présentée dans La Nouvelle République du Centre Ouest du 17 octobre 1981.

Voir le Catalogue


Pour me contacter
Rendez-vous à : Page Contact  Messagerie électronique : Gérard CAVAZZA
Adresse postale : 18, rue Voltaire - 37000 TOURS

Google

 
Envoyez un courrier électronique à Gérard CAVAZZA  pour toute question ou remarque concernant ce site Web.   
Copyright © 2004 Gérard CAVAZZA - Tous droits de reproduction réservés